Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
opinionMinoritaire

Des pistes de lecture pour vous, pour moi une sorte de mémoire externe, publique celle-là, mais qui sait pour combien de temps...

Révolution touristique en Polynésie Française. "C'est le tourisme qui va enrichir la Polynésie"

Publié le 25 Avril 2014 par Djef Bernier in revue de presse

Mon bon ami, cher lecteur, l'internet et cette partagitude est un océan digital. Il arrive que des sujets l'agitent comme des vents rident sa surface, que des opinions l'échauffent, mais le plus significatif dans les masses d'eau quand on y barbotte c'est le courant. Je le suis.

Avoir lu que les chinois ne font pas la différence entre journalisme et espionnage m'a convaincu de ne pas jeter ce journal contenant la fabuleuse interview dont je m'apprête à décupler l'ampleur.

Elle contient deux trois nouvelles qui vont vous remettre les compteurs à zéro concernant la Chine. Si si, sans rire, vraiment...

Première chose étonnante, j'ai vérifié sur Tahiti Today, eh bien rien, pas de relais, étrange car par bien des côtés cette interview a des airs de désinformation, ou alors ce n'est qu'une interview fort peu digne d'intérêt, je me refuse à y croire.

Une amie aime à me rappeler que les sujets tabous sont des sujets particuliers, c'est peut-être à cause de cela que l'info a glissé dans le plus parfait abîme de silence radio ; alors qu'excessivement spectaculaire.

Quel tabou au fait ? Eh bien l'enrichissement pardi.

Ces propos d'une politologue à l'institut de diplomatie de Chine à Pékin sont aussi le fait d'un journaliste. A ma connaissance, aucun scandale, aucun droit de réponse demandé, un bien beau silence que je romps et qui dure depuis le 16 avril.

Situons vite fait, outre que ce soit à Tahiti il y a quelques gros travaux en direction d'un développement du tourisme sur la grande île, bien sûr les discussions peuvent encore prendre de nombreux mois. Peut-être l'enjeu de développement hâtera les choses, au lieu comme à son habitude de les gâter, il n'en reste pas moins que, non seulement la fréquentation de la Polynésie est en baisse constante mais, en supplément, Tahiti ne parvient pas tirer son épingle du jeu, à garder quelques touristes, ne serait-ce que quelques jours. Ils s'éparpillent dès leur descente du gros porteur et en prennent un autre, plus léger car local et s'envolent à nouveau. Rien de véritablement intéressant ne les retenant ? Que voulez-vous, Bora, Fakarava, le cimetière d'Atuona...

Pour grossir le trait de ce que tente Tahiti elle voudrait coller au modèle Hawaï, Shopping et casinos ? Vous allez voir ce que vous allez voir d'ici quelques années, nous a-t-on appris avec des investisseurs chinois.

Voyons-nous là une sorte de traité transpacifique ? Du temps, pas encore trop lointain, de notre présidence indépendantiste l'opposition n'avait pas de mots assez durs pour qualifier la tentation de la Chine. Désormais renversée, la situation politique mène à l'évidence, assez désolante, que les mots ont juste changé de bouche.

Certainement par esprit de contradiction ce bon Oscar Manutai Temaru, désormais interdit d'investisseurs chinois est allé s'acoquiner avec des japonais et aurait acheté une machine à recycler les matières plastiques en pétrole ; je leur laisse un peu de temps avant de m'intéresser à la suite de cet achat dont on cause peu. Sur Tahiti nous avons un gisement d'ordures de cette matière proprement énorme et à l'heure où je vous parle dans les îles qui font les archipels polynésiens on continue à faire de grands trous dans les cocoteraies avec l'engin des mairies... Bref, disons juste que pour le traitement écolo des ordures ménagères, sorti des brochures d'information et autres publicités c'est pas la priorité des priorités...

J'ai lu et entendu qu'il n'y a pas de français de seconde zone, mais des français point barre... Ici à la fois France et pays sous statut d'autonomie, il y a peu réinscrit à l'Onu sur la liste des pays à décoloniser, la Polynésie veut croire dans l'avenir, a une communauté chinoise largement francisée et métisée ; et là ben c'est pas la Sorbonne mais l'invitée dont je vais bien finir par vous entretenir, excusez du peu, politologue à l'institut de diplomatie de Chine à Pékin, c'est pas tous les jours qu'on peut l'espionner.

L'enchaînement des questions, bof, il y a quelques échanges brefs, accrochez vos ceintures, moi qui vous les retape ces lignes je n'en reviens toujours pas.

Vous pensez que la Polynésie peut vraiment attirer de nombreux touristes chinois, sachant qu'il y a le problème de visas et que Hawaï est une destination moins chère?

Certainement j'en suis sûre à 100%! Déjà parce que les Chinois ont les moyens de voyager, et aussi parce que c'est un pays tellement beau. Mais il faut des moyens de transport, parce qu'aujourd'hui, on doit toujours passer par le Japon, et il faut que les gens connaissent le pays.

Heureusement pour elle que je ne suis pas journaliste car je me serais certainement permis de lui demander de nous expliquer le souci avec le Japon quand il est question d'aller visiter un si beau pays, bien plus loin. Rendez-vous compte de la réponse, vous venez de l'interroger sur Hawaï (qui est américain, juste au cas), et les visas (qui supposent une démarche de demandeur en direction de l'état français, normalement les rois du monde n'aiment pas trop çà être du mauvais côté de la paperasse).

Avez-vous eu des problèmes à obtenir votre visa ? Ca a été long, compliqué ? Comment ça marche ?

Vous taper sa réponse est une torture m'enfin j'ai décidé de me faire écho, à moi d'assumer. Oh et puis non, y'en a trois grosses lignes et il est dit deux fois que c'est très facile,encore plus pour un visa touristique ; et bien sûr le journaliste peut toujours se brosser pour qu'elle lui mime la démarche.

La Chine a beaucoup investi à Tonga, où l'aide a connu quelques ratés, avec des routes mal construites, par exemple. Dans ce cas là quelle est la répercussion à Pékin ?

C'est très mauvais, ça donne une mauvaise image de la Chine, donc il faut corriger ça. Quelque fois, peut-être qu'on a trop baissé le prix, et on a alors du mal à accomplir la tâche comme il faut.

Voilà pour la répercussion en Chine ! Alors vous ne vous étonnerez pas de la question suivante, le journaliste ici, il est pas tout à fait comme ailleurs ; m'enfin il a fait une école et si on lui nique sa question il doit pouvoir la reposer différemment ; éthique professionnelle, devoir d'informer...

Et comment est-ce perçu par le pouvoir à Pékin ? Et dans les médias ?

Vous savez en Chine, ce n'est pas comme en France, où il y a souvent des polémiques , des débats à la télévision. En Chine on sait, les informations circulent. Donc si une entreprise fait une erreur, ça peut arriver une fois, tout au plus deux fois, mais après c'est fini. Nous avons une culture politique qui met l'accent sur "raconter ce qui est bon". Ce n'est pas comme en Europe, en Occident, où l'on critique ce qui est mauvais. Ce sont surtout les politologues, les intellectuels qui doivent avoir les idées très claires sur les problèmes ou bien les défis que nous avons. Mais dans la presse maintenant, on peut quand même entendre des critiques, nous avons des centaines de journaux, donc il y a toutes sortes de journaux.

Je sais oui, on apprend surtout qu'avoir les idées pas claires n'est pas grave si on est ni politologue ni intellectuel. Mais ça coule comme de l'eau dans la rivière tellement c'est limpide. Nos médias font rien qu'à nous embrouiller.

C'est un peu plus ouvert qu'avant ?

Très ouvert. En réalité, je pense que c'est en Chine qu'on trouve une vraie ouverture, on a l'esprit ouvert. Aux Etats-Unis il y a ce contrôle d'informations cachées. Chez nous, maintenant, il y a non seulement les journaux mais aussi internet ; les internautes ont des vues très critiques envers les gouvernements, les malfaiteurs... On est libre de s'exprimer. Il y a une certaine censure, il faut le dire, pour maintenir la stabilité. La censure c'est surtout pour les extrêmes. Avec la France, avec la Polynésie, il n'y a pas de problème, mais les Etats-Unis ont tellement peur de l'émergence de la Chine qu'ils font n'importe quoi pour manipuler. Donc je pense que quelques mesures de censure sont vraiment nécessaires. La Chine ne fait pas comme les Américains, qui achètent le gens qui dérangent.

Encore une fois heureusement que je ne suis pas aux manettes de l'entretien, car j'ai très envie de savoir ce que cette dame a à nous dire sur le traitement que la Chine applique aux gens dérangeants. Suspens, avant dernière question :

Les relations sont donc au beau fixe avec la Polynésie. Il y a une communauté chinoise assez importante ici. Comment est-elle perçue en Chine ?

Pour moi c'est une découverte. En Chine dans l'ensemble, il y a peu de gens qui connaissent la situation d'ici. Bien sûr, avant de venir, je me suis un peu renseignée, cela fait plusieurs années qu'on est en contact avec des Polynésiens pour installer l'institut Confucius.

Cet institut a été ouvert l'an dernier. Qu'est-ce qui a motivé son ouverture ?

Pour répondre à la demande des gens d'ici. On veut apprendre la langue et surtout, quand on aura des rapports économiques, commerciaux, ce sera nécessaire. C'est pour faciliter les futurs échanges.

Un grand moment d'information que je n'ai pas partagé en intégralité, c'est vraiment trop horrible...

Au plaisir de vous lire

Commenter cet article

capitaine Enzo 28/04/2014 16:17

Moi, j'aurais bien posé une question. Pensez-vous qu'il faille accorder l'autonomie, voire l'indépendance à la Polynésie française? Et concernant le Tibet qui ne figure pas sur la liste de l'ONU? êtes-vous aussi pour l'indépendance ou bien acceptez-vous que le Dalai lama y installe un institut de religion bouddhiste tibétaine?
Amitiés.

Djef Bernier 28/04/2014 18:56

Ah oui qu'elle est conne d'avoir raté pareille ocaz, c'est une journaliste. Cela dit elle y a pensé peut-être, rêvons quoique je crains qu'avec ce genre de munitions tu ne passes pas les portiques de Faa'a Airport, encore moins ceux de la presse locale. Grande question que le Tibet, ma seule source : le troisième oeil en livre, alors depuis que je l'ai refermé je doute un peu de tout. Au plaisir de te lire

annuaire des blogs gratuit