Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
opinionMinoritaire

Des pistes de lecture pour vous, pour moi une sorte de mémoire externe, publique celle-là, mais qui sait pour combien de temps...

L'élection municipale du bout de la France

Publié le 22 Mars 2014 par Djef Bernier dans revue de presse, Tahiti

Mon bon ami, cher lecteur, je sais bien (et vous aussi j'espère) que si elle a gravement, irrémédiablement pollué la planète, et nos minables petites vies, la belle et triomphale modernité a néanmoins permis à de belles choses de se faire jour. Et pan une balle dans le pied.

J'écris aujourd'hui pour vous parler d'un homme dont on m'a raconté l'histoire dans les journaux. Un homme d'exception puisqu'il attend en ce moment de savoir s'il va être à nouveau élu maire de son île... en prison.

Il lui a juste fallu faire appel de sa condamnation et suspendre par cette action légale sa peine d'inéligibilité, voulez-vous savoir ce qu'il a fait ? Ce serait vous mettre à portée de ces vies d'élus, attention !

Lire la suite

Le journal du Paradis artificiel, la guerre n'est pas déclarée officiellement

Publié le 12 Mars 2014 par Djef Bernier dans revue de presse, Tahiti

Par une sorte d'obligation de lecture et de réflexion sur la pertinence d'une voix nouvelle dans un concert déjà bien dense, j'ai pris le pli de vous parler de ce Pays, prononcer Not'péi, en relatant quelques mouvements lecto-visuels de sa presse quotidienne ; des deux quotidiens, flemme de les citer face à l'ampleur du papier sous mes doigts, j'ai jusque-là opté pour celui qui met le moins d'images mais une brève infidélité a permis que je puisse vous dire tout de suite que le détail des agressions que les forces de l'ordre, allons-y pour ceux-là, la police et la gendarmerie ont eu à se coltiner jusqu'en comparution immédiate y est plus abondamment traîté, et pas en pure perte, vraiment dans quelle île vit-on !

Mais disons qu'on ne va pas y passer la journée tout cela ne fait que commencer.

Le nerf de la guerre qui ne se boit pas tout d'abord, une belle couverture, la défisc du logement social est menacée. Puis ceux qui disent qu'à Tahiti il n'y a pas d'impôts sur le revenu mentent comme des propadentistes et en profitent pour ne pas dire tout ce qui fait de cet endroît sale, mais plein de lagons, l'enfer du business plan maker qui se respecte un tantinet, soit peu.

Afin de ne pas effrayer d'oisistrose les volatils cliqueurs que vous êtes (et moi don !), et même s'il n'est point besoin d'espérer pour entreprendre, lisez d'un coup sec un nouvel acte d'expression populaire sur le répondeur de Radio1, intimant vous allez voir de ne pas trop s'en faire pour l'avenir

Mon bon ami, cher lecteur, attention les yeux. Il n'y a pas plus de hasard qu'on voudrait en voir ce message est le premier en haut à gauche de l'encadré.

Bonjour, pourquoi les gens râlent, alors qu'ici, il fait beau, il pleut ? On se demande pourquoi ils ont envie de râler contre telle ou telle personnes. Ca suffit les bobards, on vit bien !

"au delà des mots porte bien son nom, le répondeur de Radio 1"

Lire la suite

LibertéFlétrie

Publié le 8 Mars 2014 par Djef Bernier dans opinion

Alors comme ça le système va avoir ma peau ? Non, je ne crois pas, enfin çà dépend.

Si nous sommes prêts à troquer un peu de liberté contre un peu de sécurité nous ne méritons ni l'un ni l'autre. Oulala, ce ne peut être vrai à tous les niveaux qu'on se place.

Mais enfin ça sonne un peu comme une clé de lecture des temps qui courrent. Il semble pourtant évident que nous avons donc ce que nous méritons et la magie des générations se reproduisant dans leur modèle fait que nous pourrions nous offusquer très honnêtement de ce que nous n'avions pas voie au chapitre quand les choix mortifères furent pris.

Complot, pas complot, drôle, pas drôle... Ah çà quand on aime rire en ce moment j'ai bien cherché y'a bien que la quenelle. Ou alors c'est parce que je me tiens trop au courant. Calme-toi, respire un peu d'ozone petit citoyen, un pti bulletin et hop ! Chaud devant la voix du peuple ; j'ai un peu de mal à envisager la moindre inflection, qui veut s'en convaincre avec moi consulte news 360°

Enfin si j'ai senti bouger vraiment, juste à l'instant, un simple texte, un commentaire, en Ratant +1(forcément je débute en informatique) .

Puisqu'on en revient au corps, sa couleur, ses signes distinctifs, c'est vrai que c'est pratique le genre c'est donc à l'individu de prendre les armes et tous ensembleuh trois fois... le salut est dans le sillon. Ca au moins faut bien voir (ou croire) que ça n'a pas changé.

Des millions de gens trouvant cause commune, ennemi commun pour redresser une situation à bien lire la réacosphère qui se dessine comme l'euthanasie des patriotes gaulois, comme en son temps l'éradication soft des indiens par la bière et la civilisation cette fois-ci venue de la mer, quelque part dans le pacifique sud depuis des rivages surpeuplés.

Ce commentaire donc propose de constater que la gauche a substitué la lutte des classes par la lutte des races ; quelque temps plus tôt j'ai lu que nous étions dans un système qui organise la lutte des places.

Né au moment de ce qu'on m'a dit être l'année du premier choc pétrolier, mais aussi l'année où la ceinture de sécurité est devenue obligatoire, l'arme dont je dispose, la seule l'unique c'est l'interface avec le Net. Et comme on en revient au corps j'ai la chance de l'avoir dans un endroit du monde qui à l'instar de bien d'autres lui donne de quoi s'épanouir naturellement ; la civilisation moderneuh est bien là mais la mer et ses éléments aussi, toute proche, toute autour.

A moi mais éventuellement à d'autres aussi elle montre la vanité et la vacuité de cette surenchère de flicage et d'information entourant l'humain. A Tahiti quand on a la chance d'avoir un soutien financier dans l'adversité impécunieuse le corps a tout encore à sa portée pour se réaliser homme et son environnement naturel. S'il y a une universalité et une permanence, ainsi qu'un fond de vérité dans l'histoire de que j'ai retenue aller me nourrir en piochant dans un magasin est un comportement nouveau et source de bien de maux... Je vis dans un endroit où cela se voit très très bien grâce au départ à l'océan.

En parlant d'océan et de nouveauté, Internet a donc inventé la fumée sans feu, la révolution en ce qu'elle serait un soulèvement de l'autre siècle est maintenant pleinement dans son acception physique, ça tourne... et plutôt bien d'un certain point de vue.

Mais que voilà les échéances électrroales, puis l'été pour se reposer et enfin Noël, pour se récompenser.

Fais-je du militantisme passif pour la cause humaine en parcourant les infos, les opinions, que met à ma disposition Internet ? N'est-ce pas bien évidemment perdre son temps que de le faire si on considère tout ce que je pourrais trouver comme autre occupation, à vivre plus réellement mon petit pré carré ? Qui peut s'étonner du peu de recherches au-delà de la page 1 du moteur, et de l'acharnement qu'il faut produire pour compiler à l'ancienne des monceaux de Data, qui comme tout par surcroît s'en vont croissants.

Mon bon ami cher lecteur, on en revient toujours au corps, et au contrôle.

Ce commentaire vivifiant qui m'a plu, cette perle rare, mais peut-être pas,... elle est bien la première de cette sorte sur mon parcours d'intérêt politique en tous cas; j'ai bien envie de vous le faire lire.

Et pour donner un élément de contexte pertinent je dois avant vous dire que j'ai découvert un endroit où deux commentateurs se citent entre guillemets et se rétorquent à longueurs de colonnes ; et vous savez comme moi qu'elles peuvent être longues sur un écran ! Carine et Robert, pour parler de race je croquerais le duo en disant la fonctionnaire catho et le retraité suisse. Assez instructif dans l'ensemble mais voilà qu'à peine arrivé je lis que Carine méprise Robert parce qu'il la méprise et puis qu'elle lui parle plus, et puis ? Et puis ça continue parce que bon là c'est pas possible de pas répondre, etc.

C'est que chez nous les ptits moutons de la communauté internationale on va bientôt voter et à en croire internet eh ben il prend des libertés avec sa sécurité l'e-citoyen, si si.

La gauche, en substituant la figure de l’ouvrier par celle de l’immigré a remplacé la lutte des classes par la lutte des races.
Au delà du logiciel économique et sociétal, c’est avant tout pour cette saloperie et cette trahison que cette gauche doit être combattue.
Si l’on part du principe que la démographie allogène et la substitution de peuple que nous subissons revêt, à terme, un caractère irréversible, nous conviendrons pour dire que notre priorité politique est de lutter contre cela.

Si nous affirmons clairement notre refus de devenir l’islam et l’Afrique, alors ce combat d’ordre civilisationnel peut en effet réunir beaucoup de monde (conservateurs, royalistes, libéraux, chrétiens, juifs, laïcs, athées, de droite ou de gauche etc.) bien au delà des clivages que nous constatons aujourd’hui et qui minent notre camp. Je ne vois pas aujourd’hui de question politique plus essentielle, ni à même de fédérer aussi largement.

Voilà donc, pour la question du "contre quoi et avec qui".
Je note cependant chez Robert, que la question des juifs revient de manière obsessionnelle. J’observe, en France, à travers la ligne Finkielkraut, Goldnadel, E.Levy etc. une prise de conscience que nous avons peut-être à faire face à une menace commune. Non seulement je m’en félicite, mais je pense que nous aurions tout à gagner à ce que la majorité de la communauté et des élites juives suivent cette ligne au lieu de chier en permanence sur la tête des patriotes gaulois.
C’est hélas loin d’être le cas, et je le déplore, bien entendu.

Lire la suite

La presse locale y'a que çà de vrai

Publié le 7 Mars 2014 par Djef Bernier dans Tahiti, revue de presse

Ben cher ami, mon bon lecteur, il faut vous dire que quand il s'agit d'info politique et de Tahiti le site qui s'impose c'est

Lire la suite

Afficher plus d'articles

1 2 > >>
annuaire des blogs gratuit