Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
opinionMinoritaire

Des pistes de lecture pour vous, pour moi une sorte de mémoire externe, publique celle-là, mais qui sait pour combien de temps...

En faire un film n'est pas la solution

Publié le 27 Janvier 2014 par Djef Bernier

Je voudrais vous proposer une lecture étonnante. Mais à ce compte-là comment éviter de passer ses journées à lire ?

Le lien ci-après date d'environ six mois : dans nos vies inféodées à l'immédiat et au palpable un recul de six mois a quelque chose de Sédition.

Aussi je vous en demande bien pardon.

Le titre est fascinant mais n'en restez pas là chers amis lecteurs, l'idée qu'on doive s'adresser au peuple, quelle féérie. Mais le peuple a-t-il seulement le bon organe, après entendre écouter il y a comprendre, et enfin faire marche arrière (ou demi-tour, question d'impasse). Quand il décide de s'adresser au peuple l'intellectuel a intérêt à chiader sa prose. Quand il apparaît qu'il doit s'adresser au peuple, nul doute qu'il y a bien réfléchi... et mis les formes.

J'ai lu et n'en ai pas été déçu.

Dans le monde populaire où la nécessité fait loi, mais pas seulement l'Etat et les banques aussi un peu, lire que nous sommes des marionnettes qui n'avons pas eu de chance de tomber là et passer pareille époque... c'est quand même mieux qu'être analphabète ? Je ne sais pas... vraiment !

Le hasard existe-t-il, en cette année d'élection il va nous falloir lire, lire et lire encore. Maladroitement plus on lit et moins on a d'illusions d'espoirs que la marche forcée des peuples accouche de lendemains qui chantent. Le retour à la case perso, aux contingences quotidiennes d'un famille à nourrir, à émanciper, à protéger, voilà qui est le luxe que de moins en moins de gens peuvent s'offrir.

Le changement c'est inquiétant.

Bien sûr que je ne suis pas opposé à l'allocation universelle d'un revenu de base pour tous. Evidemment ça va attirer du monde...

Comme le préconise Paul Ariès non pas en argent sonnant mais par l'accès à des services dont il est difficile de se passer, sauf à vivre dans la rue sans linge de rechange.

Représentatif d'une population désabusée, ivre d'oisiveté face aux multipôles de misère que le progrès mène chaque jour un peu plus loin, je ne peux réprimer un léger vent d'humour en imaginant le pouvoir fédérateur de la mesure, euh pardon, de l'initiative en lien ci-dessous.

Commenter cet article
annuaire des blogs gratuit