Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
opinionMinoritaire

Des pistes de lecture pour vous, pour moi une sorte de mémoire externe, publique celle-là, mais qui sait pour combien de temps...

Journal du paradis (artificiel)

Publié le 5 Février 2014 par Djef Bernier in Tahiti, revue de presse

Si j'en crois mes lectures dans cette édition il doit y en avoir pour tout le monde mais surtout pour moi. Ce 4 février n'est rien qu'un mardi et pourtant...
J'ai comme hier tenté l'expérience, les mettre en résonnance avec des conzicitoyens de l'autre côté du globe. Et oui... elle tourne la partagitude et sur quels sujets, quels espoirs, quels cris, quelles infos, quels coûts, etc...
Pour vous offrir du structuré d'infopresse rien de tel qu'un pti reader digest maison de les nouvelles de Tahiti point pfeu.
En manière de vision d'ensemble nous le savons ce n'est pas tant l'info que sa présentation, ce n'est pas tant qu'il faudrait tout lire mais se donner les moyens de capter un max de regards plutôt qu'un max d'attention. Vraiment ? Tout ce qui est exagéré est insignifiant ai-je lu, les journaux ne sont pas là pour capter l'attention, un max même comme c'est des pros ?
Encore que ça dépende des sujets.
Néanmoins pourquoi ne pas persister, c'est si facile.
Il faudra bien enchaîner, recommencer à éditer demain, à couvrir comme ils disent...
Des retours des suites des listes, de la lecture (in)formative quoi
Et ce n'est pas un scoop-it que de lire que rares sont ceux qui s'arrêtent et dont ce n'est pas le métier (je veux bien sûr dire qu'il sont payés pour çà). Le lien qui précède c'est pour un quota, mais il prend son sens ensuite
Le buzz de l'abécédaire sur l'égalité...
Rassurez-vous ou zappez, le journal du paradis n'a pas de souci avec çà, on a nos raerae parfaitement intégrés, de ça le journal vous en touche deux mots et c'est tant mieux, c'est l'occasion d'enchaîner ; ah s'ils pouvaient le dire comme çà. Notez tout de même qu'on en a plusieurs mais qu'on met pas de s. Strictement rien à voir avec une avance sur la progression indistinction du genre, puis du nombre. On est plein d'humains pour encore un paquet d'années, mais dans quel é(E)tat ? Je le demande comme je vois souvent la question...

l'instruction a révélé qu'Arihano Haiti avait eu des relations sexuelles avec des raerae de Nuku Hiva, mais également qu'il lui arrivait d'avoir des penchants violents et agressifs.

Antoine Samoyeau

Rien à voir et ainsi donc vous avez en première page un excellent billet de Caroline Perdrix. J'espère qu'elle me pardonne cette publicité quasi invisible mais quant à lire des choses magnifiques autant ne pas tenter de les réécrire, je vous livre la fin d'une info : le président n'a pas présenté ses voeux aux fonctionnaires, il les a grave pourris...

D'autant plus à l'aise que ça commence par des guillemets :

"je suis exigeant envers vous comme je le suis envers mes ministres, ils ne le savent que trop", l'ironie masquant à peine la colère. Tel l'adolescent qui ne reconnaît guère dans un père sévère et blessant le papa qui l'a formé, gâté et protégé toute son enfance, le fonctionnaire polynésien doit s'ajuster à la réalité.

N'avons-nous pas envie d'ajouter : ... et de retourner à l'école.
Non ce serait nébuleux. L'ironie qui masque la colère mais à peine je trouve çà class.
A ceux qui commentent le présent pavé qui me laisseraient un contact, un rendez-vous sur site, j'adresserai volontiers de ces nouvelles de Tahiti, en particulier sur le retour de cette affaire navigo-marquisienne dite ici de Arihano Haiti. Et quelques bonus historiques de mon crû.
Effet de style magistral la une titre en gros, j'ai bien assez avec d'autres manies "les secrets de l'affaire Arihano Haiti". Secrets en rouge. Oulala...
Un peu plus loin vous avez le détail des chiffres sur la délinquance 2013 et pour la deuxième fois cette année, et le lecteur attentif, la promesse d'une intensification de la lutte contre l'usage et la vente des produits stupéfiants. Des chiffres et des résultats à l'appui qui tendent à confirmer qu'elle sera tenue celle-là. Tout un billet assurément.
Je vous enverrai aussi quelques messages subliminaux en vous transcrivant le répondeur du pays radiophonique, c'est pas triste... et devrait bien occuper nos descendants à la rubrique ils étaient à l'ouest là-bas aussi.
Au plaisir de collecter deux trois emails, ou pas
Commenter cet article

NOURATIN 06/02/2014 17:06

Pour moi c'est fait, pas de problème.
Bonne idée, ce sont des choses sur lesquelles plane une obscurité pire qu'une nuit sans lune sur Moruroa.
Amitiés.

Djef Bernier 06/02/2014 18:16

Un reader digest du 4 février, un ! sûrement demain matin mon cher Nourantin
Je me demande ce jour ce qui serait pire, qu'ils coulent tous ces déchets ou bien qu'ils brûlent au nouveau mexique... je me pose des questions des fois... m'enfin pire qu'une nuit sans lune ça me rappelle plus blanc que blanc :)

annuaire des blogs gratuit